annemarie.blog4ever.com

annemarie.blog4ever.com

PAGE 2
AM

Un mot de passe
est-il permis d’entrer
un mot de passe
classe
la permission que je casse
ouvrir la porte sans condition
attention
me voilà anonyme synonyme
le pseudo que je choisis est déjà pris
Un mot de passe
et tes bras qui m’enlacent
le chat montre patte blanche
il me faut inventer la page suivante.....


Dernière modification le 05-10-2007 à 16:23:37
AM

La page sera longue mon ange,

la page sera longue comme une aile blanche.
AM

Fiance le mot,

la mer mais la mer

ce n'est rien que de l'eau et du sel.

Un monde bleu soit,

un autre monde

bel éternel.

1 appréciations
Hors-ligne


SUR LA ROUTE DE SEL (gouache)
Elie-Marie

TUNISIE
GABES – TOZEUR

Quel souffle parallèle à la mer
Saisit au vol, l'appel
Laissant dans les paroles
Un cœur de maison ?

Je refais mes pas dans le désert
Mes glissades dans le déluge des arcs-en-ciel
Les sables tournaient au mirage
Je touchais l'eau de l'air
Mes yeux pleuraient du soleil,
Les enfants traçaient dans leur sillage
Un silence de goutte étourdissant.
Quel songe a versé toutes les semences de la terre
Dans un panier de saveurs blondes dont le fruit s'est ouvert
En rafales qui brillent sur le calme solennel ?
C'était une joie de s'envoler sur la route de sel !
C'était un murmure de glisser des abysses
Le long du miroir plongeant dans le glacier du Chott el Djerid.
Dans le musée de Nefta, j'ai gravé ces quelques vers
Sur un livre d'or offert à la mémoire qui passe :

"Jour qui tremble d'un noir sommeil
Bouche tendre de fruits vermeils
Vous a cueillis un soir d'hiver
Saison à fendre le bois vert."

Il y avait… un frisson de thé dans ces pensées
Un nuage de lait parfumé
Jamais oubliés, qui se refermeraient
En poussant un tiroir d'allées.

La rose des sables sur la dune des vents
De ne plus exister pour mieux vivre la vie
Le Temps s'est endormi dans un corps éclatant..

Elie-Marie



Dernière modification le 25-11-2007 à 15:27:18
AM






Quel talent elie marie !!!!!!

je n'ai pas suffisamment de smileys pour te faire une ovation ! AM

1 appréciations
Hors-ligne
Merci AM.
C'est bien ainsi, trop déborderait le plein.
Bien à toi.

Elie-Marie

1 appréciations
Hors-ligne


CHAPELLE DE FONTCOUVERTE dans le Névache
acrylique-couteau)
Elie-Marie

***

Mur comble
Hâte d'un rêve vers le sommet
Soif d'un murmure commencé
Qui vient au toit
Pour goûter au pain de ce monde...
Mur qui renvoie aux fleurs
La pureté de sa blancheur...
Hauteur bâtie
Qui lie le ciel et la terre
A la main de l'homme...
Fleuve d'ombre
Dégel du soleil
Eaux qui passent
Et fondent
Glacer l'immortel...
Est-ce l'heure qui naît
Avec la route dans son panier ?

Elie-Marie



Dernière modification le 25-11-2007 à 09:43:30
AM

Un ange est passé,
il a peint le mur en vert
sans laisser de signature
il arrange à sa façon
la page et le vers.

- Laissant dans la marge
les initiales que je préfère -.

Un ange est passé,
je ne connaîtrai pas son nom
il arrange à sa manière
la page et le faire.
Il oeuvre la nuit,
il oeuvre le jour
incognito,
et moi je suis son amour
des smileys que je trouve beaux !

Un ange est passé
je voudrais lui dire entre deux mots
mes rêves de feuilles,
mes rêves de pages mots.

Oh ! qu'il éclaire la suivante
à la lampe de ma plume peau
des feuilles colorantes
que l'on tourne à demi-mot.

AM

quel beau poème elie !

:fant: et l'ange m'a lue !

Dernière modification le 29-10-2007 à 18:02:39

1 appréciations
Hors-ligne
Merci AM. Tu ne mets pas assez de tes poèmes, moi qui aime tant te lire.

Elie-Marie

Dernière modification le 30-10-2007 à 15:35:00

Dernière modification le 30-10-2007 à 15:37:59
AM

oui, ok je vais en mettre tout le week end.

Mais Où est passé bibi ? J'espère qu'il ne s'est pas envolé avec toutes ces tempêtes, je lui ai laissé un message sur msn.

Dernière modification le 31-10-2007 à 17:32:47

Dernière modification le 31-10-2007 à 17:35:20

0 appréciations
Hors-ligne
fidèlement je t'arrive AM !

Bisous mon Amie

Mes X 2007
AM

ouf je suis soulagée Bibi !

Nous écrirons le mot L I B E R T E pour la BIRMANIE ET TOUS LES PAYS DU MONDE opprimés, je salue jean-michel MAULPOIX, jane BIRKIN, et tous ceux qui oeuvrent contre le malheur.

Puisse la voix de l'art être plus efficace que la voix des armes !

ECRIVONS LE MOT LIBERTE, LA LIBERTE EN TOUTE SECURITE !

A VOS PLUMES POETES, ECRIVEZ ET CRIEZ FORT LE MOT LIBERTE !

Dernière modification le 01-11-2007 à 09:57:40
AM

La feuille se pose où elle veut,
libre,
le vent souffle où il veut,
libre
le cœur aime où il veut,
libre.

"JE" pense où il veut,
libre
le corps grandit où il veut
libre
comme l’herbe, la feuille ou l’arbre
où les animaux vivent libres.

Couleur belle naturelle
le soleil peint où il veut
libre.

Pendant qu’au carcan de l’heure,
l’homme emprisonne la vie,
fiance la finance à son cœur,
trouble les cartes du bonheur,
réajuste ses échelles sociales
et vue d’en haut opprime
nourrissant la haine.

La peine se pose où elle veut
libre,

et moi je veux vivre
l i b r e !

AM

FREEDOM
élève l’esprit dans le ciel !

écris le mot LIBERTE !

Aller et venir
où bon nous semble,

rentrer à point d’heure,
ralentir le pas sous la lune,
sentir les feuilles frémir
au chuchotement des arbres.

Aller et venir tranquilles

jusqu’à la pointe du jour.

Parler du dernier film,
s’attarder sur le seuil.

Prendre un dernier café pour ne pas dormir,
s’émerveiller du chat gris qui passe
sous les fenêtres entrebaillées.

Ne pas avoir peur du silence.

FREEDOM

écris le mot L I B E R T E !

laisser les portes ouvertes

FREEDOM

bienvenue !


1 appréciations
Hors-ligne
A MON DOUBLE

J'aimerai être une voile dans tes yeux
Partir à la découverte d'une aube nouvelle
Où les pétales s'étendent sur le sol
Humant le désir, trouvant le monde.

J'aimerai être une brise dans l'étain des montagnes
Marcher dans les airs, tenir ta voix dans ma main.

J'aimerai être un oiseau qui fait ses naissances
Où le nid commence ses mots
J'aimerai être une source dans tes gestes
Devenir nuit de sépales sous le flot.

Le jour viendrait nourrir le corps de l'eau,
Serrée dans tes bras de moulin triste
Je t'offrirai mes yeux plus haut
Où le plein d'échos couronnerait
Un halo de verdure dans ses anneaux.

------------

Je deviendrai feuille pour remplir le vent
D'écriture détachée de l'ombre
Sablée de pierres parcourant le temps.

J'irai par le monde dans la danse de tes pas
Les sabots mouillés de lune, au fond des pailles nouées...

Nous habiterions une maison sans hauteurs
Avec juste une clé pour fermer la plus sombre des blancheurs
Et sous le porche un sourire murmuré s'allumerait
De chaque côté de la porte.

Elie-Marie



Dernière modification le 25-11-2007 à 15:28:26

1 appréciations
Hors-ligne
Que de beaux poèmes, chère AM. Quel plaisir de te lire.
M E R C I !!!!!!!

Merci à toi aussi cher Bibi de tourner la page pour arriver sur la 2.

Elie-Marie

Dernière modification le 03-11-2007 à 10:45:30
AM

Sous les tombes les chères poussières,
Serai-je ce regret ?

Fleurs éphémères comme hier,
la vie.

Sommes-nous vivants aux larmes de la terre
sanglots étouffés, mer, les allées des cimetières
au repos de l’enfer.
L’enfer c’est sur terre,
sans toi, il me reste le vide, ton rire,
l’absence trace l’oubli
jamais oublié quand tu revis.

Serai-je ce refus
dans les bras de la pierre ?

Que les fleurs sont belles repues de chagrin
les tristes matins où s’en vont tous les saints.

Serai-je ce départ trop tôt ou trop tard ?
suivante des pas des jours blafards
quand le ciel se charge de lait.

Serai-je ce cafard
au cercueil endimanché épris de regret.

0 appréciations
Hors-ligne
DES MOTS OBSOLETES

La lecture ne change plus,
Les mots se renouvellent
Pour signifier le temps...

Mais le temps s'enfuit déjà
L'enfance est une sacrée amulette
Un beau souvenir des dieux
Que l'oubli porte autour du cou.

Aux yeux des murs du silence d'hier
Trois gouttes d'eau interpellaient la vie
Mais la lampe mime l'éternité de l'étoile.

Mes X 2007

1 appréciations
Hors-ligne

A Bobby

Tu rejoins toutes les terres et je descends tous les ciels
C'est bien un point, d'écrire un mot dans l'eau
Pour laisser un pas sur une page qui s'envolera
Plus vivante que la vie qui se fermera.

Elie-Marie

à vous deux


0 appréciations
Hors-ligne
POUR LEUR AMOUR DE LA LIBERTE

Ils sont de calmes oiseaux du paradis
Que fait trébucher tristement
La tempête des heures actuelles
Ils portent dans leur grande douleur
Le coeur opprimé de leur beau pays,
Des mots assoiffés de la plus fidèle écoute,
Et un rêve que leur horrible réalité fait peur.

Les jours font place à d'autres jours
Dans la nuit meurent leurs étoiles
Mais, pour la schizophrénie de cette vie,
Ils soigneront toujours leur grand mal d'aimer
Ils panseront autant leur besoin de liberté.

Mes X 2007

0 appréciations
Hors-ligne
UN PEU D'ATTENTION POUR BRUME1

Les murs de ma chambre blanche
Ont la brume et le silence aux yeux
Fenêtres ouvrez vos bras aux étoiles
Laissez entrer le frais parfum de la nuit.

Dans l'ombre ma vie pense à Vénus
Dans le clair-obcur j'invite les sirènes
A jouir du bonheur d'un mot nouveau.

Mes X 2007
AM

Libère la parole,

libère le mot.

Libère le beau.

Libère l’hiver,

libère l’été.

Libère le do.

Libère tes fards d’eau.

Libère l’étreinte,

libère tout ce qui éreinte,

Libère et teinte.


Dernière modification le 08-11-2007 à 21:35:22
AM

Nous t’avions oublié,
mot liberté,
à force de ne plus t’écrire,
à force de ne plus te dire,
ou peut-être nous pensions-nous libres certainement.

Nous t’avions oublié,
mot liberté,
à force de regarder les oiseaux.

0 appréciations
Hors-ligne
A EMA

Aphone l'étoile
Aveugle la lune
A l'écoute le jour
Dans l'attente, l'arbre vert
Dans le chant, triste le rire
Et à cause de tout cela
Sous la lampe en prière
Médite la nuit brune.

Mais la terre nous aime
Comme nous sommes.
Elle ne connait pas les différences.

Mes X 2007

0 appréciations
Hors-ligne
OUI MON AMIE

Oui mon Amie,
C'est bien de penser à panser
Les blessures de nos mots verts.
C'est toujours triste
De voir saigner à blanc
Nos paroles cramoisies.

Cependant,
Je suis au niveau supérieur
Où les mots sont meilleurs.
Je suis profondément en moi
Admirant la beauté du rêve .

Mes X 2007

0 appréciations
Hors-ligne
BLUES FOR MY SISTER !

So long is the dirt road
Then comes down the night
Around is the rain’s season
It is so cold and wet outside.

Far away from home
Lost into your own self
Restless runs the pain
Heavy moves the sorrow.

Sister! Sister!
Where would you find peace?

Life is made of miseries
Love is bitter memories
All alone in the darkness
Your life is a nightmare

Empty is your heart
Empty is your dream
Restless runs the pain
Heavy moves the sorrow

Sister! Sister!
Who will put your soul to rest?

Mes X 2007

0 appréciations
Hors-ligne
VISAGES SANS VOIX !

En marge à la rue des Miracles
Trottoirs, ils absorbent
Et les chants indolents
Et les lourds soupirs
Et les pas oppressés
Et les pas trop préssés.

Ce soir de ciel gris en larmes
Tous les sans voix tiennent en eux
La lourdeur de la parole bâillonnée.

Mais, dans la paume verte d'une main
La source limpide arrose le champ bleu.
Deux coeurs en toute liberté s'unissent,
Ils donnent vie à la plus belle métaphore.


Mes X 2007

0 appréciations
Hors-ligne
LE PERROQUET

Tantôt entre ouvertes
Tantôt grandes ouvertes
Les fenêtres de son âme
Mais il rêve le perroquet !

Pour lui,
Tout s'habille de rien
Et, rien se pare de tout
Comme des mots muets
Qu'aucun son ne traduise
Ou des sons étouffés
Qu'aucun mot n'explique.

Perroquet !
Perroquet !
Même quand tu es libre de remplir
Tes rêves de brumes et de vent
Il faut au moins respecter la clarté
Et l'ombre des mots souverains !

Mes X 2007

0 appréciations
Hors-ligne
LES MOTS

Tes Mots
Mes Mots
Disons mieux
Nos Mots,
Humbles
Ou imposants
Simples
Ou emphatiques
Sont beaux
Comme Apollon
Mystérieux
Comme Azaka
Abstaits
Comme le son
Surréels
Comme le paradis

Porteurs de parfums
Messagers des sensations
Porte-paroles des six sens
Ils sont et seront toujours
Comme le poète les aime:
« BEAUX ! »

Mes X 2007

0 appréciations
Hors-ligne
DIOGENE DE SINOPE !

Lampe à la main
Trouve-moi un homme
Main de demain
Touche ma personne
L'inévitable est là
Il attend l'auguste seconde
Temps inconscient
Parle-moi de L'Etre
Temps tout puissant
Montre-moi le Néant

Diogène !
Diogène !

Les rues blanches de Syracuse dorment
Et coulent drues, les larmes à Venise.

Mes X 2007



Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 6 autres membres